Accueil Actualités

Nos thèmes d'investissement actualisés à septembre 2022

Publié le 15 Septembre 2022 - Mis à jour le 15 Septembre 2022
Edmund Shing
Global Chief Investment Officer at BNP Paribas Wealth Management

Début d’une nouvelle tendance haussière ou pause de l’ancienne tendance baissière ?

Les marchés actions se sont légèrement redressés… et maintenant ?

Un mini-rebond estival sur les marchés actions

Pendant la période estivale, les marchés actions ont regagné près de la moitié du terrain perdu depuis le début de l’année 2022. L’indice américain S&P 500 est passé d’un repli de 23 % entre le début de l’année et la mi-juin à seulement -12 % fin août. En euros, l’indice MSCI World n’est aujourd’hui qu’un peu plus de 1 % en dessous de son niveau de départ de 2022, une fois les dividendes inclus.

Les raisons du pessimisme sont nombreuses : toutefois, les craintes d’une récession économique se profilent encore à l’horizon, le niveau élevé de l’inflation venant freiner les dépenses des entreprises et des ménages, en particulier en Europe, où les coûts élevés de l’énergie pèsent lourdement. Les États-Unis, l’Europe et la Chine sont tous confrontés à leurs propres difficultés économiques, et aucun bloc majeur n’est en mesure d’agir pour doper la croissance mondiale.

Faux espoirs ou début d’un véritable rebond du marché ? Est-il possible que nous assistions à une reprise de la baisse des marchés actions plus tard cette année, ou le mini-rebond récemment observé constitue-t-il le début d’une embellie pour les actions ? Toutes les mauvaises nouvelles sont-elles déjà intégrées dans les cours ?

Quels indicateurs doit-on surveiller pour mettre en évidence l’orientation future des marchés ?

Certains facteurs sont favorables aux actions à l’heure actuelle : les conditions financières se sont améliorées et les investisseurs sont déjà très pessimistes, ce qui constitue généralement un bon signal d’achat à contre-courant. Le pic de l’inflation américaine est probablement déjà passé, de nombreux indicateurs prospectifs laissant entrevoir une baisse de l’inflation au cours des mois à venir. La baisse de l’inflation pourrait donner les moyens à la Réserve fédérale américaine de revoir à la baisse ses taux d’intérêt avant la fin de l’année et, ce faisant, permettre aux conditions financières de s’assouplir et de soutenir les actifs risqués.

L’inflation américaine reste le principal moteur du marché : la direction et la vitesse de l’inflation aux États-Unis restent la clé pour les marchés financiers. Un déclin particulièrement lent, voire un taux d’inflation obstinément élevé, ferait craindre une récession plus profonde, une hausse des rendements obligataires et le risque d’une chute plus importante des bénéfices des entreprises. En revanche, une baisse rapide de l’inflation mue par le recul des prix du logement, des biens et du pétrole pourrait donner lieu à une diminution des rendements obligataires réels et accroître la probabilité que les bénéfices des entreprises américaines restent robustes. Les marchés actions, obligataires et du crédit en bénéficieraient.

Thèmes : énergie: efficacité et conservation, la sécurité alimentaire et de l’eau, la priorité aux rendements

La crise énergétique actuelle oblige les ménages et les entreprises à adopter des mesures visant à réduire leur consommation d’énergie à court terme. Les prix record de l’énergie vont stimuler encore les investissements dans les infrastructures et une production d’énergie à faible teneur en carbone, ainsi que dans l’efficacité énergétique liée au chauffage, à l’éclairage, au transport et à la production de biens et de services. Cela s’inscrit à la perfection dans le sillage de notre thème d’investissement axé sur l’économie circulaire, qui vise à minimiser la consommation de ressources et d’énergie, à améliorer la durabilité des produits et à réduire les déchets. La crise énergétique a également un impact indirect sur notre sous-thème de la sécurité alimentaire et de l’eau, compte tenu de l’intensité énergétique de la production d’engrais à base d’azote. La hausse des prix de l’énergie pousse donc le coût des denrées alimentaires à la hausse, tandis que les sécheresses généralisées de cet été ont mis en évidence qu’il était nécessaire de donner la priorité à la sécurité de l’eau, pour la consommation et pour l’agriculture.

Conjointement à la chute des marchés actions, obligataires et du crédit, la récente hausse des taux d’intérêt à court et long termes offre une opportunité attendue de longue date pour investir avec des rendements obligataires et des dividendes plus élevés, à un moment où l’inflation élevée continue d’éroder la valeur des dépôts bancaires à faible rendement.

Perspectives économiques et taux d’intérêt

Dans l’attente d’une stabilisation 

Stabilisation des indicateurs économiques

Il existe de nombreuses raisons de se montrer pessimistes à l’égard de l’économie mondiale : la croissance ralentit fortement aux États-Unis, en Europe et en Chine, pour différentes raisons. L’Europe est de plus en plus susceptible d’entrer en récession économique, en raison des prix record du gaz et de l’électricité. Nous surveillerons si le rythme de la baisse des indicateurs économiques prospectifs décélère. Par le passé, cela a souvent été à l’origine d’un regain d’appétit des investisseurs pour le risque. Les sondages auprès des entreprises et la confiance des ménages américains nous ont envoyé des signes encourageants. Toutefois, en Europe, toute amélioration macroéconomique devrait intervenir un peu plus tard. 

L’inflation reste la clé

Les taux d’inflation sont très élevés presque partout, ce qui pèse sur le budget des ménages et se traduit par une consommation moindre. L’industrie européenne réduit sa production, du fait des prix très élevés de l’énergie, ce qui donne un sérieux coup de frein à la croissance économique. Aux États-Unis, nous observons un pic d’inflation. Les dernières données de la plupart des indicateurs de l’inflation sous-jacente révèlent que l’inflation des prix à la consommation (IPC) a reculé depuis mars. Si l’inflation devrait baisser, elle restera toutefois nettement supérieure à l’objectif tout au long de 2023 selon nous. Dans la zone euro, l’inflation du deuxième trimestre s’est établie à 8,0 % en moyenne, avant d’atteindre 9,1 % en août. Nous ne prévoyons aucun pic avant l’approche des 10 % à la fin de l’automne. Par la suite, le processus de normalisation devrait être lent et fortement dépendant de l’évolution des prix de l’énergie. L’inflation devrait rester supérieure à l’objectif de la BCE jusqu’à fin 2023.

À la recherche d’une stabilisation des taux d’intérêt

Le pic de l’inflation devrait se confirmer au cours des prochaines semaines et inciter la Fed à cesser de relever son taux d’ici décembre 2022, à 3,5 %, un niveau moins restrictif que lors des précédents cycles de resserrement. Le taux devrait rester à ce niveau tout au long de 2023. Compte tenu des tensions inflationnistes extrêmes, la BCE privilégie selon nous des taux directeurs plus élevés que prévu. À notre avis, le taux directeur devrait atteindre 1,25 % à la fin de l'année et 2 % fin 2023. Par ailleurs, nous conservons notre objectif à 12 mois d’un rendement à 10 ans de 3,25 % aux États-Unis et de 1,75 % en Allemagne. Les niveaux actuels laissent entrevoir un potentiel de hausse des rendements obligataires limité. L’écart entre les échéances court et long termes est relativement faible. Nous privilégions donc les échéances court terme. Nous privilégions les obligations d’entreprises de meilleure qualité. Les entreprises présentent des bilans solides, grâce à la réduction de la dette et au refinancement dans cet environnement de faibles rendements.

L’aversion au risque a conduit le dollar américain à des niveaux record

La valeur de l’euro (EUR/USD) a oscillé autour de la parité ces dernières semaines. Le risque croissant d’une crise du gaz en Europe découlant de perturbations dans les exportations russes pèse sur la demande en euros. Le statut de valeur refuge du dollar américain est un autre facteur clé. Tant le différentiel de taux d’intérêt que les estimations de juste valeur à long terme (parité de pouvoir d’achat) portent à croire qu’une fois l’aversion au risque stabilisée, l’euro devrait progressivement s’apprécier. Par le passé, nous étions trop ambitieux dans nos prévisions de réappréciation de l’euro. Notre nouvel objectif à 12 mois pour la paire EUR/USD est de 1,08 dollar américain pour 1 euro (contre 1,12 dollar américain précédemment).

Notre expert
Edmund Shing
Global Chief Investment Officer at BNP Paribas Wealth Management
Restez informés

Je souhaite recevoir mensuellement les actualités BNP Paribas Banque Privée sur l’investissement

Tag(s) associé(s) : Marchés financiers  -  Thèmes d'investissement 2022