Accueil Actualités
Investissement

L’investissement responsable, de la théorie à la pratique

Publié le 07 Janvier 2021 - Mis à jour le 21 Juin 2021

L’intégration de critères ESG dans les choix d’investissement est une source de performance avérée. Les nouveaux outils mis à disposition de nos clients, comme MyImpact ou le système de tréflage, leur permettent de mieux cerner leur degré d’engagement et les instruments financiers adéquats.

Si les investisseurs sont plutôt sensibles aux problématiques de durabilité en France, beaucoup d’entre eux ne savent pas comment les intégrer dans leurs décisions d’investissement. Un sondage réalisé par l’IFO P en septembre 2019 montrait que 63 % des Français interrogés estimaient que les facteurs environnementaux et sociaux sont importants dans leurs décisions de placements, mais seulement 35 % avaient « au moins entendu parler » de l’Investissement Socialement Responsable (ISR).

Les entreprises ayant les notes ESG les plus élevées on souvent un modèle de croissance plus saint.

Un facteur de performance...

Un placement est dit responsable ou durable lorsqu’il vise à concilier à la fois performance économique et respect d’un certain nombre de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Il joue un rôle responsable et actif dans l’économie, en contribuant à la cohésion sociale et/ou à la transition énergétique. En investissant, par exemple, dans un fonds sur la thématique de l’eau, l’investisseur contribue à une meilleure gestion de cette ressource (accélération des économies d’eau, amélioration des conditions d’accès à l’eau potable à travers le monde…). « ISR et performance économique ne sont pas incompatibles, souligne Sabine Roudes, conseillère en investissement auprès des banquiers Privés Gestion De Fortune. Il existe une relation positive entre l’intégration des critères ESG et la performance financière des investissements, un constat conforté par la crise engendrée par la covid-19 ». Sur un an glissant au 30 juin 2020, les 26 fonds indiciels durables suivis par Morningstar et disponibles pour les investisseurs américains, avaient respectivement surperformé leurs indices de référence traditionnels. Les entreprises ayant les notes ESG les plus élevées affichent souvent de meilleures performances que leurs concurrentes sur le long terme car leur modèle de croissance est plus sain et leur permet d’être moins exposées à certains risques comme la pollution, les mauvaises pratiques sociales et le risque de réputation qui peut en découler.

... à intégrer dans les choix d'investissements

Si  ESG  et  ISR  fournissent un cadre à la problématique de l’investissement durable, comment l’investisseur peut-il les mettre concrètement en pratique ? « C’est pour les aider dans ce cheminement que BNP Paribas Banque Privée met à disposition de ses clients MyImpact, un outil dédié, développé par la banque avec la collaboration de 150 clients, poursuit Sabine Roudes.MyImpact propose à chacun de déterminer son profil d’investisseur responsable afin de lui adresser une offre spécifique ». Il s’agit d’un questionnaire dynamique et pédagogique, illustré d’exemples pratiques. Le client est invité à indiquer parmi les objectifs de développement durable (ODD) ceux qu’il souhaite particulièrement privilégier et choisir les exclusions qu’il veut appliquer (armes controversées, secteur du tabac, énergies fossiles non conventionnelles...) et son degré d’engagement. « Une fois le profil de l’investisseur déterminé grâce à ce questionnaire, il se verra proposer des produits d’investissement en adéquation avec les préférences qu’il a exprimées, explique Nicolas Morvan, directeur commercial Gestion de Fortune chez BNP Paribas Banque Privée. Signe de l’intérêt des clients de BNP  Paribas Banque Privée pour ce nouveau service, plusieurs centaines d’entre eux déterminent chaque mois leur profil d’investisseur responsable ». À noter également que 15 % de l’épargne des clients de BNP Paribas Banque Privée sont désormais investis dans des produits ISR.Le système de notation spécifique développé par la banque (lire encadré sur le tréflage) facilite en outre la comparaison et les arbitrages entre les différents produits financiers. Mais attention, « MyImpact a vocation à proposer des investissements liés au degré d’engagement souhaité par l’investisseur, mais pas à construire complètement un portefeuille, tient à rappeler Nicolas Morvan. Le banquier privé est clé pour aider le client à intégrer ses préférences dans son allocation d’actifs ».

Comparer le degré de durabilité des instruments financiers

Les investissements durables bénéficient souvent d’un label, mais il existe un grand nombre de certifications, avec une forte disparité entre pays et classes d’actifs. Pour bien prendre en compte la durabilité dans les décisions d’investissement, il convient d’avoir une échelle de comparaison unique pour tous les instruments financiers (OPC, trackers, actions, obligations…). BNP Paribas a donc construit une approche commune à toutes les classes d’actifs et tous les instruments financiers, avec une logique unique mais des critères adaptés à chacun d’eux. Elle permet de positionner leur niveau de durabilité sur une échelle de 0 à 10 trèfles, assez large pour exprimer une notation suffisamment granulaire et représentative. Le tréflage des actifs est le complément indispensable à MyImpact.

Une émission obligataire innovante

Les marchés obligataires ne sont pas en reste quant à la prise en compte des problématiques de développement durable. Si les green bonds ont ouvert la voie en permettant la levée de capitaux dédiés à des projets durables spécifiques, d’autres instruments permettent une approche plus large. c’est le cas des obligations indexées sur le développement durable (« Sustainable Linked bonds » ou SLBs) dont le coupon ou le montant remboursé à maturité sont fonction d’un ensemble d'indicateurs ESG, audités chaque année. en septembre 2020, Chanel est devenu le premier émetteur non noté à placer une telle émission, visant à soutenir la stratégie de développement durable du groupe. « Chanel fait ainsi figure d’exemple en créant un cadre ambitieux et transparent fondé sur des données scientifiques, souligne Jean-Laurent Bonnafé, administrateur et directeur général du groupe bNP Paribas. Nous sommes fiers de l’accompagner dans cette démarche en structurant et en émettant ces obligations innovantes ». La maison de luxe française s’est fixé des objectifs ambitieux, comme la réduction de 50 % de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

Article extrait de la lettre Gestion de fortune n°28 du mois d'octobre 2020

Investissements responsables-image