Accueil Actualités
Investissement

DETTE PRIVÉE : pouvez-vous arriver à une certaine stabilité, mais de façon responsable ?

Publié le 13 Juillet 2020 - Mis à jour le 23 Septembre 2020

Alors que la dette privée permet de se protéger contre l’imprévisibilité de l’économie actuelle, l’attention croissante portée aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) pose un défi aux investisseurs institutionnels : comment gérer efficacement la volatilité tout en investissant de façon responsable ?

À l’ère de la Grande Instabilité, la volatilité sans précédent des marchés d‘actifs cotés et la perspective de taux d’intérêt toujours faibles fragilisent la confiance des investisseurs. De nombreux investisseurs explorent des solutions alternatives de revenus réguliers et prévisibles à long terme, comme ceux offerts par les marchés de dette privée. Très diversifiés grâce à un vaste éventail de sources de risque et de performance, moins exposés aux brusques variations du sentiment des investisseurs, et offrant approximativement un champ d’opportunités de 1000 milliards de dollars1, ces marchés permettent également aux investisseurs de financer la croissance de l’économie réelle.

Même si l’activité de dette privée pourrait se contracter en 2020 du fait de l’impact du Covid-19 sur le marché, cela signifie néanmoins que des opportunités encore plus nombreuses émergeront pour les investisseurs institutionnels adoptant une approche à long terme. Mais le passage des actifs cotés aux marchés privés ne risque-t-il pas de remettre en cause l’étendue des choix et le contrôle nécessaire en matière de durabilité ?

Le rôle de l'ESG

Initialement concentrés sur le seul filtrage négatif, les facteurs ESG ou d’investissement durable ont rapidement évolué. Aujourd’hui, leur évaluation dans les investissements traditionnels prouve qu’ils sont positivement corrélés à la performance2, en particulier pour les investissements à long terme.

Au-delà de cette preuve, les investisseurs sont également conscients de la pression réglementaire actuelle en faveur de l’investissement durable. L’UE a ainsi pour objectif de soutenir le « Green Deal » européen en orientant les investissements en faveur de la transition vers une économie à impact climatique neutre, et ce en complément des fonds publics auxquels les gouvernements s’engageront3. Les efforts internationaux pour combattre le changement climatique ont redoublé, avec des accords tels que l’accord de Paris de la COP21 qui obligent les investisseurs institutionnels à envisager les risques financiers liés au climat à l’échelle tant de la construction de portefeuille que du reporting. En outre, depuis la crise financière mondiale, les autorités de réglementation demandent aux investisseurs de mettre l’accent sur la gouvernance – reconnaissant désormais son importance systémique sur l’économie mondiale – afin de promouvoir une économie plus équitable, plus représentative, et plus inclusive.

Les réglementations jouent clairement un rôle important dans la liberté laissée aux investisseurs, mais ces nouvelles exigences s’accompagnent également d’opportunités significatives. La transition énergétique est en train d’ouvrir des perspectives d’investissement intéressantes, à l’instar d’autres thèmes environnementaux tels que l’air, la mer et la pollution de l’eau, la déforestation, la gestion des déchets, l’épuisement des ressources ou la biodiversité. Ainsi, pour les investisseurs désireux de s’éloigner de la nature incertaine des marchés cotés tout en continuant d’allouer des capitaux de façon durable et responsable, existe-t-il des opportunités de combiner ces deux objectifs ?

De l'étape où l'on se demande "si"...

Pendant un certain temps, l’investissement ESG était principalement appliqué et confiné aux seules actions cotées. Mais en accordant des prêts à des entreprises privées au moyen d’une approche ESG, les investisseurs pourraient créer de la valeur durable à long terme de manière conforme à leurs convictions, tout en aidant l’économie réelle à se redresser.

Au sein des marchés privés, certains investisseurs ont adopté des pratiques ESG, car ils se trouvent dans une position encore plus favorable que les détenteurs d’actions de sociétés cotées pour influencer les activités sous-jacentes. Ainsi, ils peuvent directement – et souvent plus rapidement – bénéficier d’une gouvernance améliorée et de l’accès à un nombre élevé d’opportunités. Toutefois, quand il s’agit de prendre des décisions d’investissement et d’assurer une supervision, des défis restent à surmonter pour appliquer et tirer parti des facteurs ESG.

Évaluer des actifs d’infrastructure ou d’immobilier commercial est par exemple très différent de l’analyse de prêts aux petites et moyennes entreprises (PME). Les tailles des prêts aux PME ont tendance à être relativement limitées, les politiques de Responsabilité Sociale des Entreprises sont habituellement absentes, la diversité des conseils d’administration est parfois sans objet, et les données souvent indisponibles. Cela signifie que les processus ESG personnalisés doivent être appliqués au sein de la dette privée pour garantir une véritable gestion de ces risques.

… À l'étape où l'on cherche à connaître la manière de procéder

Même si les détenteurs de dettes privées soutiennent généralement que les propriétaires de capitaux propres sur des projets individuels sont mieux armés pour gérer et surveiller les risques ESG, cela n’est pas nécessairement le cas. Un dialogue direct avec les promoteurs de projets nous permet de vérifier des hypothèses ESG essentielles et d’interroger sans complaisance les pratiques commerciales.

Autre élément qui rend le marché primaire de la dette privée attractif pour ceux qui mettent l’accent sur la durabilité : les investisseurs peuvent être directement impliqués dans la rédaction des principales clauses contractuelles, des critères de déclenchement et des dérogations intégrées dans les conditions de prêt, et ce afin de s’assurer de leur conformité avec certains indicateurs financiers clés. Ces critères de déclenchement peuvent aussi intégrer des indicateurs de performance ESG conformément à la politique globale de l’investisseur.

L’instabilité comme source d'opportunités

Même avant le début de la pandémie de Covid-19, les pays de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) avaient déjà du mal à répondre au besoin croissant d’infrastructures sociales, de transport et d’énergie, autant d’actifs indispensables pour maintenir les niveaux d’activité économique. Désormais, le rôle de l’investissement est plus essentiel que jamais.

Un nombre important de projets pilotés par les États, qui combinent financements publics, prêts bancaires et capitaux privés d’investisseurs seront inévitablement lancés pour soutenir et reconstruire une économie qui a été mise à l’arrêt. Par conséquent, il semble probable que les vertus ESG attachées aux projets individuels constitueront une part toujours plus importante de l’évaluation des propositions formulées dans le cadre d’appels d’offres.

Une réelle expérience de l'économie réelle

En conclusion, alors que les investisseurs choisissent l’ampleur et la profondeur du marché de la dette privée pour les bénéfices qu’elle offre en matière de diversification, de flux de trésorerie à long terme, de liquidité et de sécurité des prêts dans le monde instable d’aujourd’hui, des solutions existent permettant d’intégrer les facteurs ESG de façon encore plus avantageuse. Et plus l’expérience est grande, meilleures sont ces solutions.

Le Groupe BNP Paribas accorde des prêts à l’économie réelle au Royaume-Uni depuis plus de 150 ans, et notre division Asset Management dispose d’une vaste expertise internationale en matière d’origination et de gestion des transactions de dette privée pour le compte d’investisseurs institutionnels. Au sein de notre division dédiée à la dette privée et aux actifs réels, nous ne cherchons pas forcément les transactions assorties de clauses allégées (« cov-lite ») car la possibilité d’assainir ou de restructurer les transactions donne aux investisseurs la plus forte protection contre les risques de baisse. Cela s’avère particulièrement pertinent dans le contexte récent de turbulences sur les marchés. En s’associant avec nous, les investisseurs ont accès à un processus qui intègre l’expertise de nos équipes d’investissement sous-jacentes, ce qui les aide à faire face à l’univers complexe de l’investissement d’aujourd’hui et à ses innombrables variables interconnectées.

1Comment l’envolée de la dette privée a alimenté le boom du private equity, Kelsey Butler, Bloomberg Businessweek, 22 sept. 2019, consulté le 25 mars 2020
2Friede, Busch & Bassen, 2015
3https://ec.europa.eu/info/business-economy-euro/banking-and-finance/sustainable-finance_fr

Article extrait du site BNP Paribas Asset Management