Accueil Actualités
Actualités BNP Paribas Banque Privée

Visiter les plus beaux paysages du monde en restant en France

Publié le 13 Novembre 2020 - Mis à jour le 13 Novembre 2020

L’exubérance de la forêt amazonienne, les montagnes tourmentées du Colorado, les plages paradisiaques des Caraïbes ou de Tahiti, la perfection des jardins japonais..., autant de panoramas que l’on peut découvrir à quelques heures de chez soi.

Cet été, beaucoup vont sans doute opter pour des vacances en France. Pour les adeptes du dépaysement, cela ne doit pas être vécu comme une contrainte. Bien au contraire, c’est l’occasion de découvrir la variété et la richesse des paysages que recèle l’Hexagone, avec des sites dignes des plus grands panoramas au monde.

Pour les inconditionnels des vacances au bord de l’eau, nul besoin de partir bien loin. Les plages corses offrent des surprises incomparables. C’est le cas notamment de Rondinara, élue plusieurs fois plus belle plage de France ou d’Europe. Entourée d’un écrin de maquis, elle se découvre au bout d’un petit chemin sinueux, nichée à l’intérieur d’une crique en forme de coquillage. Son sable fin et ses eaux cristallines, turquoises et calmes vous transporteront loin dans les Caraïbes ou l’océan Pacifique. À l’autre bout de la France, les plages de Trégastel qui alternent sable fin et rochers de granit rose, ressemblent à celles de Mahé aux Seychelles… les températures élevées en moins. Toujours pour le plaisir des yeux, les Fontaines Bleues, à Saint-Dizant-du-Gua en Charente-Maritime, ont des airs de l’Emerald Pool de Krabi en Thaïlande. Dans le parc du Château de Beaulon, classé par ailleurs « Jardin remarquable », vous trouverez ces sources naturelles dont les eaux profondes, calmes et sereines présentent une coloration bleu foncé, étrange et magique. Elles portent des noms enchanteurs comme le Miroir des fées, les Fontaines sereines ou les Sources vives. Le domaine est entouré d’un vignoble produisant pineau et cognac.

rondinara
La plage de Rondinara en Corse

Une flamboyance de couleurs

La Camargue apporte elle aussi son lot de dépaysements. La couleur rose des salins d’Aigues-Mortes n’est pas sans rappeler celle du lac Hillier en Australie ou du lac Retba au Sénégal. Le parc naturel régional de Camargue propose 14 itinéraires de découverte à travers une très grande diversité de paysages. C’est aussi le lieu de refuge de plusieurs centaines d’espèces d’oiseaux sédentaires et migrateurs et il n’est pas rare d’y observer une flamboyance de flamants (un attroupement de flamants roses) telle qu’en Afrique. Notre balade peut aussi nous mener sur le continent américain. On peut même trouver un petit bout de Colorado dans le Lubéron. L’ancienne carrière d’ocre de Rustrel, exploitée entre 1871 et 1993, a vu ses paysages sculptés à la fois par la main de l’homme et par l’érosion, rappelant - à moindre échelle - les formations rocheuses typiques du Colorado, baignés par une richesse incroyable des couleurs et parsemés de vestiges de son passé industriel. En allant vers les Pyrénées, on va pénétrer dans un micro-climat exceptionnel sous ces latitudes. L’humidité et la chaleur qui règnent dans la Gourgue d’Asque, ont favorisé le développement d’une vraie jungle dans les gorges calcaires creusées par les eaux de l’Arros, donnant à l’endroit son surnom mérité de Petite Amazonie des Pyrénées.

L'ancienne carrière d'ocre de Rustrel a vu ses paysages sculptés à la fois par la main de l'homme et par l'érosion

ocre
La carrière d'ocre de Rustrel dans le Lubéron

Le plus grand jardin japonais d’Europe

Enfin, on terminera avec un petit détour par le Parc Oriental de Maulévrier. Cet espace de 29 hectares est considéré comme le plus grand jardin d’inspiration japonaise d’Europe. Aménagé entre 1899 et 1913, avec notamment des éléments architecturaux reproduits à partir de moules provenant de l’Exposition Universelle de 1900,  le parc est abandonné avant qu’une association n’entreprenne de le restaurer à partir des années 1980. Depuis, il a été reconnu par des professeurs japonais comme étant inspiré de jardins japonais de la période Edo (XVIIe-XIXe siècles).

Article extrait de la lettre de gestion de fortune n°27 du mois de juillet 2020