Accueil Actualités

Transition énergétique : plus qu'un simple discours ?

Publié le 07 Décembre 2021 - Mis à jour le 07 Décembre 2021

L’indispensable transition énergétique fait l’objet de nombreuses discussions depuis longtemps déjà. Mais tous ces discours ne deviennent-ils pas vains si l’on tarde à agir ou si les mesures prises sont
insuffisantes ? Bien que les gouvernements du monde entier aient fait part de leur engagement à lutter contre le changement climatique en se fixant des objectifs de neutralité carbone, on peut malgré tout déplorer que ces efforts aient manqué de constance, de collaboration et de cohérence.
Alors que les échéances fixées pour la réduction des émissions de carbone commencent à se rapprocher, il semblerait qu’une transformation à plus long terme de la manière dont nous produisons, fournissons et consommons l’énergie soit en train d’émerger, tandis que nombreux sont les personnalités et les organismes publics à reconnaitre qu’il reste beaucoup à faire. Dès lors, si l’ère de la transformation énergétique est véritablement arrivée, comment les investisseurs peuvent-ils saisir au mieux ces opportunités ?

Une reconstruction plus verte ?

En pleine pandémie, une grande partie des mesures de soutien budgétaires sans précédent accordées par les gouvernements pour stimuler la croissance économique ont été dévolues à des initiatives vertes afin de permettre aux nations de se « reconstruire en mieux ». Or, une étude récente de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) révèle qu’environ 2 % seulement de ces dépenses ont été affectées à des mesures en faveur des énergies propres.1
Plus inquiétant encore, l’AIE prévient qu’avec les plans de relance actuels des gouvernements, les émissions mondiales de carbone devraient atteindre des niveaux record en 2023 et continuer à augmenter. L’AIE estime que le monde est « loin de la voie menant à la neutralité carbone d’ici à 2050 ».2

Même si le temps presse, il n’est pas trop tard pour mettre en œuvre les changements nécessaires et la prochaine réunion de la COP26 devrait être décisive pour que les ambitions de tous les acteurs soient revues à la hausse en intensifiant les mesures de lutte contre le changement climatique, en renforçant la résilience et en réduisant les émissions. Pour Alok Sharma, président de la COP26 : « Nous ne devons pas perdre de vue les énormes défis que pose le changement climatique… nous travaillons avec nos partenaires internationaux sur une feuille de route ambitieuse pour lutter contre le changement climatique au niveau mondial… et la COP26 peut être le moment où le monde s’unit pour soutenir une reprise propre et résiliente. »3

Des phénomènes météorologiques plus si exceptionnels que ça

Si les responsables politiques avaient besoin d’un catalyseur supplémentaire pour renforcer leurs engagements en matière de changement climatique, cet été a été marqué par un grand nombre de phénomènes météorologiques exceptionnels à travers le monde. Une vague de chaleur record a frappé l’Amérique du Nord, tandis que les inondations en Chine, en Inde, en Allemagne, en Autriche et en Belgique ont fait de nombreux morts et causé des milliards de dollars de dégâts. Même les climatologues ont été frappés par la gravité et la fréquence de ces événements. Chris Rapley, professeur de climatologie à l’University College de Londres, a déclaré : « La fréquence des événements [météorologiques] extrêmes a considérablement augmenté ».4
L’une des retombées positives de ces événements tragiques est que les responsables politiques reconnaissent désormais publiquement qu’il faut faire davantage pour lutter contre les conséquences du changement climatique et enrayer sa progression. La chancelière allemande Angela Merkel a insisté sur le fait que « nous devons accélérer le rythme de la lutte contre le changement climatique »5, et le président américain Joe Biden a quant à lui admis que « le changement climatique est à l’origine de la dangereuse conjonction d’une chaleur extrême et d’une sécheresse prolongée », avant d’ajouter : « Nous devons agir maintenant, et agir vite. Nous sommes déjà en retard ».6

Et précision essentielle, la réalité du changement climatique a également été clairement confirmée par le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies sur le réchauffement de la planète. Le rapport montre que l’augmentation de 1,5°C des températures à l’échelle mondiale sera dépassée au cours du siècle en cours à moins que les émissions de gaz à effet de serre ne soient considérablement réduites7, incitant le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à qualifier ce scénario de « code rouge pour l’humanité »8.

La feuille de route de l’AIE vers la neutralité carbone

Si le fait d’entendre de puissantes personnalités mondiales admettre l’importance et l’urgence du défi climatique et s’engager à en faire plus est une avancée décisive, l’engagement de l’AIE l’est tout autant. Cette puissante organisation chargée de l’énergie a toujours été associée à la promotion des combustibles fossiles, mais elle a ravi les partisans de la lutte contre le changement climatique en mai 2021 en publiant sa feuille de route pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.
Ce rapport représente la première étude complète au monde sur la manière dont la transition énergétique peut être accomplie et permet de hiérarchiser les actions requises, ainsi que de fixer des jalons pour baliser la voie à suivre. La déclaration de l’AIE selon laquelle il ne devrait y avoir « aucun investissement dans de nouveaux projets d’approvisionnement en combustibles fossiles »9 a eu un impact particulièrement fort, car ce faisant, elle a apporté son soutien au financement de nouveaux projets d’approvisionnement en énergies renouvelables.

Investir pour la transition énergétique

Selon l’AIE, il faudrait que le montant total des investissements annuels dans le secteur de l’énergie atteigne 5 000 milliards de dollars d’ici à 2030, ce qui ajouterait 0,4 % par an à la croissance du PIB mondial10. De telles dépenses témoignent du fait que la transition énergétique constitue une formidable opportunité pour les investisseurs. Non seulement elle représente un thème de croissance à long terme fort, mais elle séduit également ceux pour qui les retombées en matière de développement durable sont importantes.

Les opportunités offertes par la transition énergétique ne se limitent pas aux énergies propres. Personne ne s’attend à ce que l’utilisation des combustibles fossiles soit abandonnée immédiatement et ceux-ci restent un élément essentiel du mix énergétique. Toutefois, il s’agira, au fil du temps, de faire en sorte que la dépendance énergétique mondiale s’éloigne des combustibles fossiles pour s’orienter vers des sources d’énergie plus renouvelables et durables.

Ces opportunités engloberont les innovations dans les domaines des réseaux intelligents, des transports alternatifs, des véhicules électriques, de l’efficacité énergétique industrielle, des bâtiments verts, de l’éclairage LED, des piles à combustible à hydrogène, de l’énergie solaire et éolienne, et de nombreux services aux collectivités. La transition énergétique doit être abordée comme une très vaste opportunité thématique.

Jouer un rôle dans un avenir plus vert

La recherche de solutions plus vertes pour alimenter notre planète en énergie est en marche et pourrait constituer l’une des plus grandes opportunités d’investissement de notre époque. La communauté des investisseurs a une chance incroyable de soutenir les entreprises qui tentent de décarboner et d’accélérer la transition énergétique tant attendue. En plus des opérateurs historiques bien connus, on trouvera des petites entreprises agiles et innovantes qui chercheront à se faire un nom sur ce marché en rapide évolution. Chacune de ces entreprises pourrait devenir l’une des Superstars de demain.

Source : BNP Paribas Asset Management

1https://www.iea.org/news/with-only-2-of-governments-recovery-spending-going-to-clean-energy-transitions-global-emissions-are-set-to-surge-to-an-all-time-high
2https://www.iea.org/news/with-only-2-of-governments-recovery-spending-going-to-clean-energy-transitions-global-emissions-are-set-to-surge-to-an-all-time-high
3https://www.gov.uk/government/news/new-dates-agreed-for-cop26-united-nations-climate-change-conference
4https://www.ft.com/content/9a647a51-ede8-480e-ba78-cbf14ad878b7
5https://www.theguardian.com/world/2021/jul/18/angela-merkel-to-visit-flood-ravaged-areas-in-germany
6https://edition.cnn.com/2021/06/30/politics/wildfire-response-western-governors-biden-meeting/index.html
7https://www.ipcc.ch/report/ar6/wg1/downloads/report/IPCC_AR6_WGI_Headline_Statements.pdf
8https://www.un.org/press/en/2021/sgsm20847.doc.htm
9https://www.iea.org/news/pathway-to-critical-and-formidable-goal-of-net-zero-emissions-by-2050-is-narrow-but-brings-huge-benefits
10https://www.iea.org/news/pathway-to-critical-and-formidable-goal-of-net-zero-emissions-by-2050-is-narrow-but-brings-huge-benefits

Tag(s) associé(s) : Banque éthique  -  COVID  -  Investissement durable  -  ISR