Accueil Actualités

Perspectives mensuelles sur les devises - Novembre 2021

Publié le 17 Novembre 2021 - Mis à jour le 17 Novembre 2021
Guy Ertz
Responsable stratégie d'investissement BGL BNP Paribas Wealth Management

Résumé

  1. Le dollar se renforce à la suite de la publication d'une inflation nettement plus élevée. Nous maintenons toutefois notre scénario mais surveillons la situation de près.
  2. Les prix élevés de l'énergie, les inquiétudes liées à l'inflation et les écarts de taux d'intérêt ont été les principaux moteurs sur les marchés des changes en octobre. Nous avons ajusté nos objectifs de taux sur les marchés émergents et identifions généralement moins de potentiel de hausse.
  3. Sur la base des inquiétudes liées à l'inflation, de l'incertitude politique et de la faiblesse de la banque centrale, nous nous sommes tournés vers des perspectives moins haussières pour le BRL, tout en continuant de constater un renforcement à long terme sur la base des différentiels de taux d'intérêt et d'une moindre incertitude.
  4. Nous prévoyons une devise russe plus forte que prévu sur la base des prix élevés de l'énergie au cours des prochains mois.
  5. En Inde, la détérioration de la balance courante et l'attitude accommodante de la banque centrale indiquent une roupie plus faible, dans un contexte de hausse des prix de l'énergie et des taux d'inflation.
  6. Nous avons ajusté nos perspectives et nous voyons une devise chinoise légèrement plus faible en raison du ralentissement de la croissance, et un différentiel de taux qui se déplace en faveur de l'USD.
  7. Nous adaptons notre objectif NOK, après que notre objectif précédent ait été atteint, et maintenons notre scénario haussier.

Vision sur l’USD >>  OBJECTIF 12M VS EUR: 1.18

Beaucoup de volatilité

En octobre, l'EURUSD se négociait principalement dans une fourchette de 1,16-1,15. Au cours des dernières semaines, le dollar s'est fortement apprécié, la valeur d'un euro passant sous la barre des 1,15.

Ce mouvement va à l'encontre de nos anticipations d'un euro plus fort au cours des prochains mois.

Le récent raffermissement de l'USD, à 1,14, fait suite aux chiffres d'inflation du 10 novembre qui ont surpris à la hausse, avec une inflation de 6,2 % (en glissement annuel), et conduit les investisseurs à conclure que la Fed va relever ses taux plus tôt que prévu (dès juillet 2022). Bien qu'une hausse anticipée soit possible, nous ne pensons pas qu'elle soit très probable, car l'inflation devrait être transitoire et la Fed est prudente pour ne pas réagir de manière excessive. En outre, une partie non négligeable des publications annuelles en cours peut être attribuée à un fort effet de base qui devrait s'estomper à partir de février.

Nous pensons également que la dynamique économique devrait être favorable aux actifs financiers libellés en EUR au cours des prochains mois. Cela devrait entraîner une hausse de la demande pour la devise, conduisant à un affaiblissement progressif de l'USD. La hausse est toutefois limitée car nous nous rapprocherons de la première hausse des taux que nous prévoyons au dernier trimestre 2022.

Nous ne modifions pas notre objectif mais nous continuons à suivre la situation de très près. Nous visons toujours 1,16 à 3 mois et 1,18 à 12 mois, suggérant une appréciation de l'euro.

Vision sur le GBP >> OBJECTIF 12M VS EUR: 0.84

Correction temporaire pour plus de potentiel

En octobre, l'EURGBP a oscillé entre 0,84 et 0,85 (valeur d'un euro), en ligne avec les anticipations de notre analyse précédente.

La montée des tensions inflationnistes et les inquiétudes liées à la croissance ont exercé une pression sur les rendements réels. Cela a été soutenu par une croissance supérieure à la tendance et des signes de pression salariale inflationnistes. Cet environnement explique la relative stabilité du GBP du mois d’octobre. Cela reste notre scénario de base avec comme risque potentiellement déstabilisant une détérioration de la crise énergétique actuelle. La Banque d'Angleterre a surpris les marchés en laissant la politique inchangée, poussant les marchés de taux à valoriser à un rythme de hausse plus lent. Nous continuons de nous attendre à ce que le premier mouvement de hausse des taux ait lieu en février prochain. 

La livre sterling a faiblit après l'annonce de la banque centrale. L'environnement macroéconomique et la hausse attendue en février laissent penser que la livre sterling a un potentiel de renforcement. (Paire EURGBP en baisse)

Les entrées de portefeuille ont diminué au deuxième trimestre, mais les données macroéconomiques domestiques restent positives malgré les inquiétudes liées à l'inflation.

Compte tenu de ce qui précède, nous tablons sur une baisse de l'EURGBP à 0,84 (valeur d'un euro) d'ici fin 2021 et une stabilisation (appréciation du GBP).

Vision sur le CHF >> Objectif 12 M VS EUR : 1,12

Force du CHF exagérée

Le franc suisse s'est nettement renforcé en octobre et début novembre, notamment à la suite de la dernière réunion de la BCE et du regain d'inquiétude concernant l'inflation et la COVID.

Nous pensons qu'il existe deux forces principales qui entraîneront un affaiblissement du CHF par rapport à l'EUR. D’abord, alors que la BCE reste accommodante, notamment par rapport aux autres banques centrales, les taux directeurs de l'UE vont augmenter, en particulier avec la fin du PEPP. Nous nous attendons aussi à ce que la BNS continue d'intervenir sur les marchés des changes afin d'éviter que les investisseurs ne deviennent trop bearish sur la devise. Nous pensons qu'il n'est pas dans l'intérêt de la BNS de relever les taux et que l'intervention sur les devises restera leur principal outil.

Le CHF reste très cher par rapport aux autres devises développées selon notre analyse, ce qui indique une fois de plus un affaiblissement du CHF.

La balance des paiements suisse s'est améliorée au second semestre 2021.

Nous maintenons notre objectif 1 an EURCHF à 1,12 et notre objectif 3 mois à 1,10. Selon nous, le potentiel d'appréciation de l'euro reste limité par les récents commentaires de la BCE.

Vision sur le JPY >> Objectif 12m vs USD: 111

Mauvaises nouvelles correctement valorisées

Le yen s'est affaibli durant la première quinzaine d'octobre avant de se stabiliser autour de la barre des 114. Les rendements japonais devraient rester très bas, surtout par rapport aux autres marchés développés. La Banque du Japon a très peu de chances de relever ses taux car le risque d'inflation est désespérément faible.

Le système de santé fragile du Japon, construit autour de petites cliniques privées, a été durement touché par une vague de variante Delta, ce qui a amplifié les perturbations de la chaîne d'approvisionnement en Asie du Sud-Est. L'affaiblissement de l'économie est une autre raison pour laquelle nous ne pensons pas que la BoJ relèvera ses taux et restera accommodante dans un avenir proche.

Le JPY devrait rester faible par rapport à sa juste valeur en raison de divergences cycliques entre les Etats-Unis et le Japon. Cela se reflète dans les divergences de politique monétaire entre les deux économies.

La balance des paiements japonaise conserve un important excédent et nous pensons que la plupart des nouvelles négatives sont désormais valorisées.

Par conséquent, nous maintenons nos objectifs USDJPY à 3 et 12 mois à 111. Cela suggère un certain renforcement du yen.

Vision sur la SEK >> Objectif 12m vs EUR: 10.00

Mouvement latéral attendu

En octobre, la SEK a franchi à la baisse notre objectif 3 mois de 10. La tendance s’inverse en ce début de mois et le SEKUSD est revenu proche de notre objectif. L'EURSEK est actuellement à 9,99, proche de nos prévisions.

Les indicateurs macroéconomiques pourraient pousser la banque centrale à faire preuve de fermeté. Le PIB suédois a atteint des niveaux prépandémiques. L'inflation a été supérieure à l'objectif pour la troisième fois en 2021. Enfin, les prix locaux de l'immobilier sont en forte hausse. Même s'il semble évident que les marchés de taux ont pleinement intégré ce contexte, les marchés de change ont été plus timides, avec un léger renforcement de la SEK en octobre. Mais les récentes enquêtes auprès des ménages ont été moins encourageantes, la confiance des consommateurs revenant à 103,3 depuis 106,6 (sous l'effet d'une détérioration générale de toutes les questions). Cela pourrait indiquer un ralentissement du marché immobilier. Nous ne modifions pas nos perspectives pour la devise, mais restons vigilants quant aux évolutions futures.

L'excédent de la balance courante suédoise a été largement compensé par les sorties de portefeuille.

Nous maintenons nos objectifs EURSEK à 10,00 sur les 3 et 12 prochains mois (valeur d'un euro). Cela suggère un mouvement latéral pour la SEK.

Vision sur la NOK >> Objectif 12m vs EUR:  9.60

Renforcement attendu

La devise a profité des cours élevés du pétrole ces derniers mois et s'est appréciée à 9,7 (valeur d'un euro) avant de revenir à 9,8 en fin de mois.

Alors que les mouvements à court terme sont justifiés par les variations des cours du pétrole, le moteur à long terme devrait rester les écarts de taux d'intérêt entre la BCE et la Norges, ce qui nous conduit à observer un nouveau renforcement de la NOK à un horizon d'un an. Sur le court terme, nous ajustons notre objectif 3 mois compte tenu des récents mouvements du taux. La banque centrale a un mandat plus important que la plupart des banques centrales car elle est responsable de la stabilité financière au sens large, y compris du marché immobilier résidentiel et de la réglementation macroprudentielle. Et comme le marché immobilier est devenu plus sensible aux changements de taux, cela pourrait affecter la hausse future des taux plus que prévu. Une hausse est attendue en décembre et 3 autres en 2022 avec la possibilité d'un quatrième.

Sans surprise, la balance des paiements de la Norvège reste largement positive en raison des prix élevés du pétrole.

Nous avons abaissé notre objectif 3 mois d'EURNOK en ligne avec notre vision long terme (valeur d'un euro) à 9,75 et maintenu notre objectif 12 mois à 9,60. Cela suggère une nouvelle appréciation de la NOK.

Vision sur l’AUD >> Objectif 12m vs USD: 0.76

AUD haussier à moyen terme

L'Aussie a dépassé son objectif de 3 mois début octobre, se renforçant sur la période avant d'atteindre des sommets autour du 28. La devise s'est fortement dépréciée après la dernière réunion du RBA et continue sa dépréciation depuis le début novembre.

La banque de réserve australienne a annoncé la fin du YCC (Yield Curve Control) et a annoncé qu'une hausse des taux pourrait intervenir plus tôt que prévu, mais a implicitement remis en question le nombre de hausses actuellement intégrées par les marchés. Cette attitude plutôt accommodante est probablement à l'origine de l'affaiblissement soudain de la monnaie. Aucune hausse n'est attendue avant 2024 et les achats d'obligations ont déjà été freinés.

La devise est également exposée au risque d'un nouvel affaiblissement de l'économie chinoise, qui est son principal partenaire commercial. Un autre risque est le différentiel de taux d'intérêt avec la Fed qui devrait commencer à relever ses taux fin 2022. Ces émissions ont été responsables de la plupart des pertes subies par la devise en septembre et pourraient continuer à l'affecter.

Par conséquent, nous maintenons nos objectifs d'AUDUSD à 3 mois et 12 mois à respectivement 0,73. et 0,76 (valeur d'un AUD). Cela implique un potentiel d'appréciation de l'AUD sur le long terme.

Vision sur le NZD >> Objectif 12m vs USD: 0.73

Potentiel d'appréciation limité

Après s'être renforcé pendant une grande partie du mois d'octobre en direction de notre objectif à 1 an, le NZD, en novembre, s'affaiblit à nouveau en direction de notre objectif à 3 mois de 0,7.

La banque centrale a entamé son cycle de hausse et le NZD devrait bien se comporter au cours de l'année à venir, car un fort différentiel de taux d'intérêt lui donnera un avantage non négligeable par rapport aux autres devises du G10. Lors de la dernière réunion, la banque centrale a relevé ses taux de 25 bp, constatant une vigueur suffisante de l'économie.

Le pays gère toujours les épidémies locales de COVID et met en place des mesures macroprudentielles pour mieux gérer le marché immobilier local. L'économie semble saine avec un taux de particiption de 71,2 % et un taux de chômage de 3,4 %. L'inflation trimestrielle élevée a encore conforté la RBNZ dans sa décision.

Le NZD semble plutôt bon marché selon nos estimations. La balance des paiements du pays s'est légèrement détériorée sans être alarmante.

Nous maintenons nos objectifs à 3 mois et 12 mois en NZDUSD à 0,70 et 0,73 respectivement (valeur d'un NZD). Cela implique un potentiel d'appréciation modéré pour le NZD.

Vision sur le CAD >> Objectif 12m vs USD: 1.24

Peu de marge d'appréciation

En octobre, le dollar canadien est passé de 1,26 à une fourchette 1,23 - 1,24 autour du 15 et y est resté pour le reste du mois. Cette évolution s'explique principalement par les prix élevés du pétrole et les anticipations de taux. Depuis le début du mois de novembre, le CAD s'affaiblit suite à un léger repli des prix du pétrole.

La banque centrale a annoncé la fin de son programme d'assouplissement quantitatif le 1er novembre. Les hausses de taux sont désormais attendues en avril 2022, faisant du Canada l'un des pays les plus rapides à réagir face aux chiffres élevés de l'inflation.

Par rapport à sa juste valeur, le CAD s’échange cher, notre estimation indiquant 1,29 comme objectif à très long terme, mais le pays a un taux de vaccination élevé et sa banque centrale est agressive justifiant une valorisation riche.

Les prix actuels très élevés du pétrole sont responsables de la récente appréciation de la devise, ce qui pose un risque baissier. De plus, les politiques environnementales aux États-Unis et au Canada pourraient avoir un impact à long terme sur la demande de CAD liée au pétrole.

Sur la base de cette analyse, nous maintenons notre objectif USDCAD (valeur d'un dollar) sur l'horizon de 3 et 12 mois à 1,25 et 1,24 respectivement. Cela suggère un mouvement horizontal pour le CAD.

Vision sur le CNY >> Objectif 12m vs USD: 6.50

Affaiblissement attendu du CNY

Les nouvelles liées à la Chine ont été principalement négatives en septembre et octobre, mais la devise est restée forte et s'est même appréciée face au dollar.

Il semble que les investissements étrangers aient généré une demande suffisante pour maintenir les niveaux actuels malgré une actualité négative. Les défauts de paiement liés aux promoteurs immobiliers ont suscité quelques inquiétudes le mois dernier. Ils ne semblent toutefois pas s'étendre à l'économie élargie à ce stade. Les récentes pannes d'électricité et les confinements locaux ont pesé sur la croissance et pourraient avoir un effet négatif sur la balance commerciale du pays. Les gouvernements locaux ont limité ou suspendu certaines productions face aux pénuries d'énergie, les prix très élevés des combustibles fossiles ont eu un effet amplifiant. Toutefois, nous ne prévoyons pas de détérioration substantielle de la balance des paiements, car les voyages internationaux sont lents à reprendre, et les flux de capitaux devraient rester solides. La hausse de l'écart de taux d'intérêt est une raison supplémentaire de penser que la devise pourrait s'affaiblir.

Nous avons modifié notre avis et nous sommes un peu plus baissiers avec des objectifs USDCNY à 3 mois et 12 mois à 6,50 au lieu de 6,40. Cela suggère une certaine faiblesse pour le CNY au cours de l'année prochaine.

Vision marches émergents >>                      

Moins d’upside pour les devises émergentes

La devise brésilienne, en tant qu'exportateur de matières premières, n'a pas profité des récents prix élevés des commodités. Cela peut s'expliquer par des chiffres d'inflation élevés. En outre, l'incertitude politique et les élections à venir ont également exercé des pressions négatives sur la devise. Nous avons décidé d'ajuster nos objectifs de cours à 3 M et 12 M à 5,5 et 5,25 (valeur d'un euro) respectivement (contre 4,9 et 4,8). Nous restons haussiers mais identifions moins de potentiel à long terme car le différentiel d'intérêt avec les États-Unis devrait favoriser le real.

La devise russe semble sous-évaluée et le positionnement en RUB ne semble pas surchargé. En conséquence, nous nous attendons à ce que la devise s'apprécie. Une autre évolution positive est liée aux prix très élevés du gaz naturel qui ne devraient se normaliser qu'après l'hiver. Les risques géopolitiques ont baissé. Nous pensons toutefois que les marchés vont continuer à valoriser une certaine prime géopolitique et que la hausse de l'écart de taux d'intérêt par rapport aux États-Unis va limiter la hausse.  En conséquence, nous avons ramené nos perspectives USDRUB de 70 à 68 à un horizon de 3 mois et maintenu notre objectif de 68 à un horizon de 12 mois. Cela suggère une appréciation du RUB.

La roupie indienne a été soutenue par la réduction du déficit commercial, mais selon nous, la levée progressive des restrictions et la hausse des prix de l'énergie devraient à nouveau peser sur la balance courante. Alors que la solidité des réserves de la banque centrale devrait contrebalancer une partie de cette faiblesse, la saisonnalité pourrait exacerber un ralentissement de l'équilibre extérieur au fur et à mesure de la reprise de l'économie. En outre, la vigueur de l'inflation et l'attitude accommodante de la banque centrale devraient encore affaiblir la monnaie. Nous ajustons nos objectifs à 3 et 12 mois à 76 et 78 respectivement. Cela suggère une dépréciation modérée du roupie.

L'Afrique du Sud a connu des émeutes dans les régions du KwaZulu-Natal et du Gauteng. Bien que la protestation n'ait pas duré longtemps, nous prévoyons toujours des dommages à l'économie. Sur le plan budgétaire, les revenus du Trésor national restent solides. Par conséquent, nous ne nous attendons pas à ce que le nouveau plan de soutien fasse dérailler la solide performance budgétaire enregistrée jusqu'à présent cette année. Nous prévoyons une hausse de taux cette année suivie de quatre hausses en 2022. La forte dépréciation de fin octobre est principalement due à une combinaison de publications macroéconomiques décevantes et d'un mouvement d'aversion au risque. Nous maintenons nos objectifs à 14,5 sur l'horizon 3 mois et 15 sur un an.

Cette analyse a été réalisée par notre réseau international BNP Paribas Wealth Management.

Notre expert
Guy Ertz
Responsable stratégie d'investissement BGL BNP Paribas Wealth Management

Tag(s) associé(s) : Economie mondiale  -  Marchés financiers