Accueil Actualités
Investissement

Investir dans l’immobilier historique

Publié le 06 Mai 2021 - Mis à jour le 06 Mai 2021

L’intérêt des Français pour protéger leur patrimoine national est né de la période révolutionnaire avec une prise de conscience par l’Etat de sa richesse et de sa valeur symbolique comme partie intégrante de l’identité nationale.

Cet héritage historique et culturel des Français mérite d’être conservé pour faire mémoire et dès 1790 est créée la Commission des Monuments, du latin moneo (se remémorer) puis 50 ans plus tard la Commission des Monuments Historiques chargée de répertorier sous l’égide de Prosper Mérimée les biens architecturaux remarquables. Et c’est seulement en 1913, après d’intenses débats au sein non seulement des parlementaires mais de toute la société civile, qu’est promulgué le texte fondateur de la protection du patrimoine en France.

De nombreuses personnalités se sont positionnées de tout temps, de Victor Hugo en tête du courant romantique, pour défendre une vision de la préservation du patrimoine opposée à celle de Viollet-le-Duc, jusqu’à André Malraux à qui l’on doit la Loi du même nom en 1962 sur la création des secteurs sauvegardés. La passion française pour le Patrimoine ne se dément pas et se déchaîne toujours comme on l’a vu au sujet de la flèche de Notre Dame de Paris.

La France compte plus de 40 000 biens immobiliers classés et plusieurs centaines de sites patrimoniaux remarquables. S’ils font rêver, ils font néanmoins l’objet de contraintes pour leurs propriétaires qui ont notamment l’obligation de les préserver.

Les travaux doivent être réalisés sous la surveillance d’un Architecte des Bâtiments de France (ABF), voire d’un Architecte en Chef des Monuments Historiques (ACMH) pour les immeubles classés bénéficiant de subventions. Des matériaux et des modalités de mise en œuvre spécifiques peuvent être imposés ce qui renchérit le coût de revient de ces restaurations. A la moindre découverte de vestiges ou peintures anciennes, des fouilles peuvent être décidées par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) pour des durées indéterminées.

Afin d’encourager la préservation de ces biens, les régimes fiscaux Monuments Historiques et Loi Malraux permettent de bénéficier d’économies fiscales sous réserve du respect de certaines conditions.

Si vous aussi vous aimez les vieilles pierres, pourquoi ne pas diversifier votre patrimoine immobilier en investissant dans la réhabilitation d’un bien immobilier qui a une histoire ?

Il est possible d’acquérir un appartement dans un bel immeuble classé ou dans un bien de charme au cœur d’un centre-ville historique. Pour bien appréhender les risques et les contraintes de ce type d’investissement, il vaut mieux être bien accompagné. Votre Banque Privée est à votre disposition pour vous présenter à ses partenaires spécialisés qui pourront vous conseiller.

Pour en savoir plus sur la fiscalité des régimes Monuments Historiques et Malraux, accédez à notre bibliothèque dédiée.