Accueil Actualités
Actualités BNP Paribas Banque Privée

Gestion sous mandat : l’ISR comme moteur de performance

Publié le 01 Octobre 2021 - Mis à jour le 01 Octobre 2021

L’investissement socialement responsable permet de concilier sens et rendement. S’il peut être difficile à appréhender par certains investisseurs, il est possible d’avoir recours à un professionnel dans le cadre d’un mandat ISR.

La crise sanitaire de la Covid-19 et ses conséquences économiques ont apporté un éclairage supplémentaire sur la nécessité d’intégrer des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans les choix d’investissement. « La prise en compte de paramètres tant financiers qu’extra-financiers permet d’avoir une vision plus complète des entreprises, et de sélectionner celles qui seront les plus performantes, les plus capables de trouver des sources de croissance et de minimiser les risques », souligne Pierre-Marie Piquet, référent Investissement socialement responsable (ISR) de la gestion déléguée chez BNP Paribas Banque Privée. À ce titre, les cas de pollution, les errements de gouvernance, les mauvaises pratiques sociales… ont montré qu’ils étaient destructeurs de valeur (qu’il s’agisse d’amendes financières, de dégradation de l’image de marque, de fuite des talents…). Ainsi, même s’il existe un certain niveau de corrélation sur les marchés, cette démarche contribue à maximiser le couple rendement-risque par une meilleure sélection de valeurs.


“ La prise en compte de critères tant financiers qu’extra-financiers permet d’avoir une vision plus complète des entreprises. ”


SE FAIRE MIEUX ACCOMPAGNER
« Les clients sont de plus en plus convaincus de l’importance et de l’intérêt de l’ISR, basé sur la prise en compte des critères ESG dans la gestion de leur patrimoine, note Pierre-Marie Piquet. Mais une partie d’entre eux peut éprouver parfois des difficultés à aborder tout seuls cette classe d’actifs dont certains concepts sont pour eux nouveaux. » C’est pourquoi il est plus aisé de confier la gestion de son portefeuille à des professionnels dans le cadre d’une gestion sous mandat. Avoir recours à un gérant expérimenté permet également d’éviter certains biais. « Pour beaucoup, ISR rime encore trop souvent avec environnement, poursuit Pierre-Marie Piquet. Les investisseurs vont alors surpondérer des fonds thématiques qui auront tendance à performer en période de croissance, mais à moins bien se comporter en période value. En revanche, les gérants vont, quant à eux, combiner des fonds thématiques avec des produits best in class pour une construction de portefeuille plus équilibrée. » Les mandats 100 % ISR suscitent un grand intérêt chez les clients et représentent aujourd’hui près de 4,7 Md€ d’actifs sous gestion chez BNP Paribas Banque Privée. Ce succès résulte de la convergence entre le souhait croissant des clients de donner plus de sens à leurs investissements et des convictions de la Banque, qui contribue à flécher l’épargne vers l’investissement responsable. « Nos mandats affichent également de belles performances depuis leur lancement, avec un rendement annualisé à fin mai de 5,6 % et 22,3 % pour les mandats Défensif et Croissance CIF ainsi que de 5,1 % et 14,2 % pour les mandats Assurance vie. »

DES MANDATS DIGITAUX
Les mandats ISR ont été lancés en comptes d’instruments financiers (CIF) en 2018 et en assurance vie en 2019. Depuis 2020, ils sont également disponibles sur MyMand@te, une offre digitale innovante de gestion sous mandat. « Avec ce service, les clients personnalisent à la fois le plus possible les paramètres de leur mandat, tout en bénéficiant de l’expertise des gérants d’actifs et des stratèges d’investissement de la Banque, relève Pierre-Marie Piquet. Ce paramétrage concerne le profil de risque, mais aussi les préférences d’investissement, notamment en termes d’ISR. » Ainsi, il est possible d’opter pour un mandat 100 % ISR dans lequel tous les produits sélectionnés seront notés cinq trèfles et plus. Ils peuvent également choisir, dans le cadre d’un mandat traditionnel, jusqu’à trois thématiques d’investissement – dont l’ISR – qui représenteront de 2 à 5 % du portefeuille chacune.


“ Avoir recours à un gérant professionnel permet également d’éviter certains biais. ”


gérer chiffre clé 77