Accueil Actualités
Actualités BNP Paribas Banque Privée

De l’importance des critères « S » et « G »

Publié le 01 Octobre 2021 - Mis à jour le 01 Octobre 2021

Avec la crise sanitaire et économique, la prise en compte des critères extra-financiers a gagné en considération dans les approches d’investissement, et notamment les aspects sociaux et de gouvernance.

L’investissement responsable et durable consiste à intégrer de manière systématique et traçable les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) à la gestion financière. Mais, pour de nombreux investisseurs, l’investissement responsable revient surtout à considérer principalement les aspects environnementaux, certes plus tangibles. Pourtant, « une entreprise est dite “vertueuse si elle est bien notée sur le critère “E” mais également sur les volets “S” et “G”, rappelle Emmanuelle Bouchez, responsable Développement commercial France chez BNP Paribas Asset Management (BNPP AM). La crise sanitaire et le climat des affaires ont d’ailleurs renforcé la prise en compte des critères sociaux et de gouvernance ». Une étude de BNPP AM(1) montre que la crise de la Covid-19 a mis en évidence l’émergence des enjeux sociaux dans les approches d’investissement et leur impact positif à long terme, tant sur les performances que sur la gestion du risque.

Le « S » porte sur la prise en compte des critères sociaux, à savoir l’analyse de l’impact des décisions, des opérations d’une entreprise sur ses salariés, ses clients et la société civile dans son ensemble. « En tant qu’investisseurs, nous analysons pour chaque entreprise la qualité du dialogue social, l’emploi des salariés et leur formation, la prévention des accidents, des risques psychosociaux et le respect des droits des employés », explique Emmanuelle Bouchez. À titre d’exemple, d’ici 2030(2), plus de 100 000 emplois sont menacés dans le secteur automobile européen avec la conversion de nombreux constructeurs à l’électrique, ce qui correspond tout de même à 15 % de leurs effectifs totaux. Face à cette transition, « nous serons attentifs à ce que prévoient les entreprises en matière d’accompagnement des employés concernés », indique Emmanuelle Bouchez.

De son côté, le critère « G » englobe la façon dont une entreprise est dirigée, administrée et contrôlée. « Nous analysons, sur ce point, les relations avec ses actionnaires, la composition du conseil d’administration, sa taille, sa diversité, son indépendance, la rémunération des dirigeants et tout ce qui a trait aux droits des actionnaires, détaille Emmanuelle Bouchez. La gouvernance est un critère important car quel que soit le secteur, nous appliquons un poids minimum de 30 à 40 %. » Sur la rémunération des dirigeants, « nous estimons qu’elle ne doit pas être disproportionnée par rapport à la médiane des salariés mais en ligne avec la performance à long terme de leur entreprise ». Quant à la diversité, BNPP AM demande aux entreprises que le conseil d’administration soit composé d’au moins 30 % de femmes, notamment dans les sociétés basées en Amérique du Nord et en Europe. Dans le cas où ces deux points ne seraient pas remplis, « nous pouvons nous opposer à des dispositions du conseil d’administration et ne pas voter certaines résolutions présentées lors des assemblées générales », indique Emmanuelle Bouchez. Un dialogue est alors engagé avec les entreprises dans lesquelles BNPP AM investit afin de les encourager à améliorer leurs pratiques. Chacun des 12 000 émetteurs suivis par BNPP AM se voit donc attribuer une note E, S et G, dont la pondération varie d’un secteur à l’autre. Le « G » sera plus prégnant pour les financières que pour les utilities, où le « E » prédomine. Surtout, depuis 2019, son processus de sélection de valeurs intègre de manière systématique les critères ESG.


ACCOMPAGNER HABITAT ET HUMANISME

Depuis sa création en 1985, Habitat et Humanisme (H&H) lutte contre le mal-logement et l’isolement des personnes en situation de précarité. Pour Bernard Devert, son fondateur, « construire, c’est aussi un acte de soin en proposant un logement digne situé dans un “quartier équilibré” pour recréer du lien social et de la mixité ». Une approche qui amène aussi à être attentif aux personnes âgées ou en situation de dépendance. « Pour rompre l’isolement, H&H a développé une solution d’habitat innovante et inclusive, les résidences intergénérationnelles », indique Bernard Devert. Sensible à cette démarche, BNP Paribas Banque Privée accompagne l’association, notamment en mobilisant ses clients. À travers les foncières Habitat et Humanisme et Entreprendre pour Humaniser la Dépendance, ils apportent des fonds propres pour participer au financement de projets de proximité. Cela a permis la création d’un Ehpad à Versailles (78). Une opération qui devrait être renouvelée cette année à Lille (59) et Nantes (44). Autre initiative, celle de « Propriétaires et solidaires » permettant à des propriétaires de louer leur bien grâce à Habitat et Humanisme. Elle offre, en fonction du dispositif retenu, une tranquillité de gestion, une fiscalité avantageuse, des aides à la rénovation – sous certaines conditions – et, surtout, la satisfaction d’agir contre le mal-logement. Le groupe BNP Paribas est aussi présent auprès d’H&H à travers le mécénat de compétences, à savoir la mise à disposition de collaborateurs pour une durée pouvant aller jusqu’à deux ans.


(1) Étude réalisée pour le compte de BNPP AM par Greenwich Associates : 129 professionnels, dont 96 investisseurs institutionnels et 33 distributeurs de premier plan au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et dans les pays nordiques, ont été interrogés en juin 2020.
(2) Étude Exane-BNP Paribas – 12 janvier 2021 – The final countdown/constructeurs européens.