Accueil Actualités

Comment sécuriser ses investissements alors que l’inflation s’envole ?

Publié le 07 Juillet 2022 - Mis à jour le 07 Juillet 2022
BNP Paribas Asset Management

L’inflation ne cesse d’augmenter en raison du redémarrage des économies après les confinements et des goulets d’étranglement qui freinent l’offre. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a quant à elle exacerbé les pénuries des sources d’énergie et fait monter en flèche les prix du pétrole et du gaz.

Même si un retour aux niveaux des années 1970 semble peu probable, nous pensons que l’inflation restera au-dessus des objectifs des banques centrales pendant encore un certain temps. La hausse des prix réduit logiquement les revenus disponibles et conduit à s’interroger sur la viabilité de la transition vers la neutralité carbone.

Les questions à se poser sont les suivantes : quels actifs offrent la meilleure protection contre l’inflation et quel sera l’impact de la remontée des prix sur la transition vers une économie bas-carbone ? Comme toujours, des réponses existent mais elles n’ont rien d’évident et nécessitent des analyses plus approfondies…

La résurgence de l’inflation

En cette année 2022, l’inflation est devenue une problématique majeure – voire la principale – pour les investisseurs du monde entier, puisque toutes les grandes régions sont touchées à des degrés divers. En février, l’inflation a atteint un record depuis plus de 40 ans aux États-Unis1 ainsi que son plus haut historique en zone euro.2

Les déséquilibres de l’offre et de la demande provoqués par les fermetures d’usines et d’autres secteurs économiques clés dans le sillage de la pandémie sont la principale cause de l’inflation. Avec le redémarrage des économies à la suite des confinements, la demande refoulée a explosé mais il faut du temps pour que les chaînes d’approvisionnement reviennent à la normale.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie en février a exacerbé les pénuries d’énergie, alimentant encore davantage l’inflation. La Russie est un important exportateur de pétrole et de gaz, notamment vers l’Europe occidentale, région qui subit des pressions pour réduire ses importations en provenance de Moscou.3

L’Agence internationale de l’énergie a également fait savoir que les prix de l’énergie allaient encore augmenter dans les mois à venir, compte tenu de la faiblesse des stocks de pétrole.4

Par ailleurs, l’augmentation du coût des engrais fait grimper les prix des denrées alimentaires dans le monde entier. La Russie est un grand exportateur d’engrais – et de céréales – et la guerre en Ukraine ainsi que les sanctions imposées perturbent les approvisionnements. La hausse des coûts énergétiques alimente donc également la flambée des coûts des engrais.5

L’inflation sera-t-elle durable ?

Selon nous, il y a de bonnes raisons de penser que le pic d’inflation à l’œuvre ne sera pas temporaire. Toutefois, l’inflation ne renouera probablement pas avec les niveaux élevés enregistrés dans les années 1970, notamment car les banquiers centraux ont tiré les leçons des erreurs commises lors de cette décennie.6

Il est néanmoins tout à fait possible que l’inflation reste au-dessus des objectifs des banques centrales dans les pays développés à court et à long terme.6

Divers catalyseurs laissent à penser que l’inflation restera élevée sur le long terme. Il s’agit notamment de la démographie, de la situation politique, du protectionnisme, des politiques budgétaires, de la transition écologique et d’une taxe d’inflation sur la dette.6

Sur le plan de la dette, contrairement à la crise financière mondiale de 2007-2008, l’austérité n’est une option pour personne. Le niveau élevé des taux d’endettement incitera également les responsables des politiques à se montrer plus tolérants à l’égard de l’inflation.6

La démographie mondiale évolue lentement et les populations vieillissent partout dans le monde, y compris en Chine, où les salaires ont également fortement augmenté.6

La mondialisation connaît également une phase de recul dans la mesure où les entreprises repensent leurs chaînes d’approvisionnement dans le sillage de la pandémie, ce qui risque d’augmenter leurs coûts.6

L’inquiétude croissante concernant les inégalités, accentuée par la pandémie, pourrait accroître les demandes en faveur de politiques de redistribution plus généreuses et de salaires plus élevés.6

La transition verte pourrait également avoir un effet inflationniste puisque le prix du carbone devra être augmenté pour encourager la transition vers des sources d’énergie plus durables.6

L’impact sur l’économie mondiale et les investisseurs

Les banques centrales ont fait savoir que les taux d’intérêt allaient augmenter de manière marquée au cours de l’année à venir. Les banques ont également l’intention de réduire les politiques monétaires accommodantes utilisées pour stimuler la croissance face à la pandémie, et ce afin de contenir l’inflation.7

Dans le même temps, la hausse de l’inflation – à moins qu’elle ne s’accompagne d’une augmentation réelle des salaires – pèsera sur les revenus disponibles et pourrait réduire encore davantage les perspectives de croissance mondiale.

À plus long terme, une inflation plus élevée pourrait également peser sur les consommateurs et les investisseurs car, dans un tel scénario, les États ont généralement recours à la « répression financière » pour réduire le coût réel du service de leurs immenses dettes, l’inflation agissant comme une taxe sur les investisseurs.6

Au cours des dix dernières années, marquées par une faible inflation, les investisseurs dont les portefeuilles étaient constitués à la fois d’actions et d’obligations n’ont pas eu à s’inquiéter de l’impact de l’inflation.6

Est-il possible de protéger ses investissements contre l’inflation ?

Les investisseurs ont tout intérêt à intégrer des classes d’actifs sensibles à l’inflation dans leurs allocations. L’inflation est le principal ennemi des instruments obligataires. Toutefois, certains segments – comme les titres indexés sur l’inflation – peuvent rémunérer les investisseurs pour leur exposition à l’inflation. Les obligations générant un rendement élevé peuvent également se révéler utiles.6

L’immobilier peut offrir un avantage non-négligeable par rapport aux autres classes d’actifs puisque les valeurs locatives sont souvent indexées sur l’inflation.8 Enfin, les secteurs bénéficiant d’une demande solide (et donc d’une forte capacité de fixation des prix) devraient être particulièrement bien placés pour compenser les pertes éventuelles liées à l’inflation.9

Une approche tout aussi discriminante est nécessaire pour les actions : les entreprises ayant un pouvoir de fixation des prix et/ou un modèle économique à faible intensité en capital présentent les profils les plus adaptés pour protéger contre l’inflation.6

En règle générale, ce sont les matières premières qui enregistrent les meilleures performances en cas d’inflation élevée. Quant à l’or, il constitue probablement la valeur refuge la plus reconnue au monde.6

L’impact sur les actifs durables

La hausse des prix du pétrole et du gaz devrait accélérer la transition vers des sources énergétiques durables, comme les énergies éolienne et solaire, en rendant les investissements dans ces domaines plus viables.10 L’augmentation des prix du pétrole et du gaz renforce également la compétitivité des énergies renouvelables, dont le coût marginal est déjà inférieur à celui des combustibles fossiles.

Les pressions exercées pour juguler le dérèglement climatique vont rester intenses. L’Allemagne a récemment annoncé de nouvelles mesures visant à stimuler le recours aux énergies renouvelable, et d’autres pays – certainement en Europe – sont susceptibles de lui emboîter le pas compte tenu de l’urgence à réduire la dépendance énergétique du continent vis-à-vis de la Russie.11

Nous pensons que la demande d’actifs durables restera dynamique et que ces instruments offriront une couverture efficace contre l’inflation.

Chez BNP Paribas Asset Management, notre équipe, constituée de membres chevronnés, analyse l’impact de l’inflation sur chaque classe d’actifs. Nous nous appuyons sur nos connaissances et nos expertises pour identifier les secteurs les plus résistants et déceler les opportunités les plus prometteuses capables de protéger efficacement les investisseurs des pires ravages de l’inflation et générer des performances à long terme. Nous pensons également que la hausse des prix de l’énergie devrait favoriser le développement des actifs durables – comme les énergies renouvelables – et nous nous engageons à user de notre influence pour accroître les investissements dans ce secteur.

Source : BNP Paribas Asset Management


1 https://www.cnbc.com/2022/03/10/cpi-inflation-february-2022-.html

2 https://www.ft.com/content/b7055867-80b2-4187-b4a4-1bf600dcc32b

3 https://www.theguardian.com/business/2022/mar/04/gas-prices-hit-record-high-again-as-ukraine-invasion-disrupts-markets

4 https://www.nytimes.com/2022/03/18/climate/global-energy-crisis-conserve.html

5 https://www.theguardian.com/global-development/2022/mar/21/fertiliser-prices-hit-new-highs-as-multiple-problems-affect-global-supplies

6 https://docfinder.bnpparibas-am.com/api/files/37902E99-DC67-4354-B67A-0B5F54EEFCA3

7 https://www.imf.org/en/Publications/WEO/Issues/2022/01/25/world-economic-outlook-update-january-2022

8 https://www.realestate.bnpparibas.com/can-real-estate-act-vaccine-against-inflation

9 https://wealthmanagement.bnpparibas/en/expert-voices/riding-new-inflation-regime.html

10 https://ieeexplore.ieee.org/document/9318595

11 https://time.com/6162077/climate-goals-renewable-energy-agency/

Tag(s) associé(s) : Inflation